CIP-IdF/Commune Libre d'Aligre : 3 rue d'Aligre-75012-Paris / Tél: 0140345974 Contact Plan


Suivez la CIP

             

Abonnement liste infos

Abonnement liste de discussions et débats

L'essentiel

 

recherche :

Accueil  >  Actions !  >  Archives  >  Avignon 2004  >  Communiqué CIP-IDF du 13/02 : Festival d’Avignon 2004

Communiqué CIP-IDF du 13/02 : Festival d’Avignon 2004

Publié, le dimanche 15 février 2004 | Imprimer Imprimer |
Dernière modification : lundi 5 juillet 2004


Communiqué de la cip-idf lu à la conférence de presse du 13 février 2004 à Paris pour le festival d’Avignon 2004

Nous, intermittents et précaires en lutte depuis plus de 8 mois, exigeons du gouvernement l’abrogation du protocole réformant les annexes VIII et X de l’Assurance-Chômage, et de son agrément. Nos propositions doivent être entendues : nous voulons l’ouverture de véritables négociations avec l’ensemble des concernés sur la base de notre Nouveau Modèle d’indemnisation, Nous avons élaboré ce modèle à partir des réalités et des pratiques concrètes de nos champs d’existence et de nos champs d’activité - qui ne sont pas obligatoirement superposables -, loin d’une logique comptable supposée incontournable et qui sert de prétexte à la destruction systématique de nos droits sociaux. Chacun doit désormais savoir que les évictions massives du droit à l’indemnisation prévues pour 2004 ne sont que le prélude à de nouvelles attaques : la convention Unédic doit être à nouveau négociée cette année pour entrer en vigueur au 1er janvier 2005. Le programme de Refondation Sociale élaboré par le Medef et la CFDT, mis en ouvre par les partenaires sociaux et gouvernement franchira alors, si nous ne nous y opposons pas, une nouvelle étape.

Les premières conséquences désastreuses de l’application du protocole Unédic depuis le 31 décembre 2003 n’échappent à personne malgré la reculade du Ministre de la Communication et des partenaires sociaux, relative aux congés maladie et maternité. Chaque mesure de ce protocole est structurellement destructrice, productrice d’aléatoire, et organise la concurrence de chacun contre tous. Ce protocole n’a d’autre but que la disparition pure et simple du régime d’Assurance-Chômage des intermittents du spectacle, et sa mise en application sert de laboratoire dans le processus de destruction planifiée des droits sociaux collectifs en France et en Europe.

C’est pour ces raisons que nous refusons l’amputation au 1er janvier 2004 des droits Assedic et ASS dans le régime général, la réforme régressive du RMI, l’instauration du RMA. La « mobilisation pour l’emploi » chère au gouvernement impose la baisse des salaires, l’attribution de fonds publics aux employeurs, le développement inacceptable du contrôle social et une politique d’emploi forcé dont nous ne voulons à aucun prix.

Nous revendiquons la valorisation et l’usage d’un temps déconnecté des asservissements de l’emploi : de pouvoir jouir, que l’on soit salarié, au chômage, travailleur indépendant ou en formation, d’un temps non assujetti, de la possibilité de développer des projets non rentables, de la possibilité de développer un travail de recherche, de pouvoir jouir d’un temps de coopération sans devoir rendre compte d’une quelconque productivité. Avec l’application de la réforme Unédic, il sera à la fois plus difficile de gérer son temps libre et de rester dans le régime. Que deviendra notre liberté de choisir les projets auxquels nous nous associons ? Que deviendra notre capacité de refuser des emplois ? Qui financera l’énorme masse de travail qui était financée de fait - et ne sera plus financée - par les Assedic ?

Nous refusons la politique de l’excellence. Une politique culturelle fondée sur une logique discrétionnaire d’individualisation des subventions et des financements, gérée par les institutions étatiques, ne fera que maintenir, à côté de l’industrie du spectacle rentable, une culture sous contrôle. À l’exception culturelle, gardienne de parts de marché, nous préférons une culture sans exception. Et une culture sans exception ne saurait faire l’économie de droits collectifs.

Nous refusons l’idée d’une « loi cadre pour le spectacle vivant », issue d’une soi-disant consultation nationale, menée par la mission Latarjet ; sous d’ignobles menaces & pressions du Ministère de la Culture. Ces consultations visent explicitement à isoler les secteurs d’activité du champ culturel.

Nous refusons toute application des dispositifs de l’AGCS (Accord Général sur le Commerce des Services), qui vise à assujettir le bien commun et l’intime aux lois de la concurrence et du marché.

Depuis le 17 décembre 2003 un comité de suivi sur la question des annexes VIII et X a été mis en place à l’Assemblée Nationale. Il est composé d’une majorité d’organisations (dont la Coordination Nationale des intermittents, la CGT, la SRF.) et de députés UMP, UDF, PS PC et Verts. Une plate-forme commune de contre-propositions a été remise aux parlementaires et fera l’objet d’une conférence de presse le 25 Février prochain. De très nombreux députés, sénateurs, maires, de tous partis, nous ont affirmé dans le cadre de ces réunions qu’ils partageaient en tous points nos conclusions sur l’analyse de la réforme des annexes VIII et X. Ils sont fermement décidés à se prononcer publiquement afin que des mesures concrètes soient prises très rapidement avant d’aborder des négociations avec tous les concernés.

En vue des prochains scrutins électoraux (cantonaux, régionaux, européens), nous avons décidé en coordination nationale les 3, 4 et 5 février à Clermont Ferrand, de demander à tous les candidats de prendre position sur l’ensemble des points que nous venons d’évoquer.

Notre lutte se poursuit : le 1er mars, nous appelons à une journée de mobilisation nationale qui se ponctuera par la 2ème édition du « K.O social ». Le 1er mai sera celui des luttes sociales européennes simultanément à Barcelone, Milan et Lille. Nous serons présents selon diverses modalités le 16 février au Bataclan, le 21 février pour le cérémonie des Césars, le 28 février à celle des Victoires de la Musique. Bien évidemment, rendez-vous est donné au festival de Cannes. Nous ne pensons plus possible de laisser recommencer normalement un printemps et un été de festivals sans la satisfaction de nos revendications. Nous ne pensons plus possible de laisser recommencer normalement un printemps et un été de festivals sans la mise en ouvre d’alternatives solidaires à la situation qui nous est faite, rassemblant l’ensemble des forces et moyens des institutions du monde culturel.

La menace porte sur nos vies mêmes, nos capacités à faire et défaire des mondes. À résister. À déjouer. À penser. Elle nous concerne tous, de là où nous nous tenons. Dans la rue. Au travail. À la maison. À l’école. Cette menace est concrète. Nous avons peur que ce qu’il reste de commun à tous, soit justement la peur. Une peur qui isole. Ce que nous avons partagé pendant ces mois de lutte ne se mesure pas en défaite ou victoire. Les actions sont à la mesure de notre colère et ne connaîtront pas de pause. Nous vous invitons à faire de même partout où il n’est plus acceptable d’accepter.

CE QUE NOUS DEFENDONS NOUS LE DEFENDONS POUR TOUS.





Retour en haut de page

 

Retour en haut de page

Commissions | Compte-rendus | Communiqués | Actions ! | Photos, sons, vidéos
Textes officiels | Nouveau modèle | Coordination nationale | Liens | Archives
Accueil | Plan du site | Contact
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

2003-2022 CIP-IDF
Plan du site | | Contact | RSS 2.0 | SPIP