CIP-IdF/Commune Libre d'Aligre : 3 rue d'Aligre-75012-Paris / Tél: 0140345974 Contact Plan


Suivez la CIP

             

Abonnement liste infos

Abonnement liste de discussions et débats

L'essentiel

 

recherche :

Accueil  >  Archives  >  Infos intermittents en région  >  Comptes rendus  >  Murmure « Résistance ».
14.07.2003

Murmure « Résistance ».


De la Coordination Dr^ome ardèche.

Publié, le mercredi 16 juillet 2003 | Imprimer Imprimer |
Dernière modification : mercredi 16 juillet 2003

A Crest notre député maire M.Mariton avait décidé de poser « le plus grand
drapeau de France sur le plus haut donjon de France » (environ 100m²).


Dimanche 13 juillet 2003, nous nous sommes réunis à une cinquantaine de
personne, à quelques mètres de la mairie, habillés de bleu de blanc ou de
rouge. Nous avons défilé silencieusement par couleurs juxtaposées jusqu’à la
mairie.
Dans la salle du conseil municipal, nous déposons nos couleurs au pied des
quelques invités à la réception. Sur nos corps sont inscrits des slogans
revendiquant notre attachement à la liberté, à la république, à la
démocratie. Nous restons debout contre les murs, silencieux. M. Mariton nous
somme de nous expliquer. Un murmure commence « Résistance, résistance »,
puis le son monte, « résistance, République ».
Nous sortons dans la rue, et rejoins par des crestois et festivaliers, nous
formons un cortège d’environ 200 personnes. Le mouvement enfle et s’
amplifie. Nous remontons les rues de Crest et arrivons au pied de la tour
au moment où les chasseurs alpins, en rappel, commencent à dérouler le
drapeau.
Certains d’entre nous, alpinistes ou spéléologue les bloquent dans leur
descente. Ces derniers paniquent, ils n’ont pourtant rien à craindre de
nous. Nous pénétrons à l’intérieur de la Tour et arrivons sans rencontrer la
moindre porte fermée au sommet du Donjon. Conciliants, les chasseurs alpins
nous conseillent pour décrocher le drapeau sans mettre en danger ni les
personnes présentes ni le matériel.
Le responsable de la régie de la tour s’est opposé à notre action avec
violence verbale et physique. Nous empêchant de détacher le dernier lien, il
provoque une déchirure au drapeau. Ce sont les chasseurs alpins qui
finissent de le décrocher. Nous le récupérons, le plions et le rapportons en
cortège à la mairie pour le remettre au maire de la cité, M. Mariton. Ce
dernier se précipite pour reprendre le drapeau, aidé par les gendarmes, en
le traînant par terre puis en l’enfermant dans la mairie.
Dans l’enthousiasme nous reprenons en cour la Marseillaise. Puis 35 d’entre
nous donnent volontairement leur identité aux gendarmes afin d’assumer
pleinement notre action et de nous porter témoins de l’événement qui venait
de se dérouler.
La manifestation se disperse dans le calme.

Cette action est née d’un mouvement spontané de citoyens crestois et
estivants.
Le drapeau est un symbole né de la Révolution Française, il porte les
valeurs fondamentales de Liberté, Egalité et Fraternité. Les Droits de l’
Homme sont un acquis de la révolte du peuple contre les dirigeants
oppresseurs. Ces valeurs ont été défendues dans les pires moments de notre
histoire : la commune de 1870, l’occupation allemande...
Par des manipulations médiatiques, certains nous ferons passer pour des
sauvageons ou autre perturbateurs gauchistes.
Nous sommes des citoyens patriotes concernés par la mondialisation. Notre
action est motivée par la défense de nos dignités et des valeurs de la
République française. Considérant la politique actuelle du gouvernement
Raffarin, agissant de concert avec le MEDEF, l’OMC. il nous parait
grotesque, que ce symbole soit affiché sur un château féodal ayant servi
longtemps de prison. Le plus gros drapeau sur la plus grosse prison à l’
heure où José Bové est dans les geôles de la République, c’en est trop !
Nous ne tolérons pas cette provocation. Nous luttons contre le fatalisme.
Nous refusons de voir la France dirigée comme une entreprise avec comme
unique objectif la rentabilité. La France est un pays riche. La culture, l’
éducation, la santé, la recherche, les services publics, les ressources
vitales ne doivent pas être soumis au dictat économique.
De nombreux citoyens, pour faire entendre leur voix, décident actuellement
de descendre dans la rue et d’agir concrètement.
Nous avons choisis collectivement ce mode d’action, quels autres moyens d’
expression avons-nous face à l’attitude méprisante de nos élus ?



Coordination Drôme Ardèche des professionnels de la Culture
http://www.dromadaire.com/cultureda/accueil
cultureda aol.com ; obremz aol.com
Yvon : 06.87.36.96.46
Gibé : 06.83.34.62.07



Retour en haut de page

 

Retour en haut de page

Commissions | Compte-rendus | Communiqués | Actions ! | Photos, sons, vidéos
Textes officiels | Nouveau modèle | Coordination nationale | Liens | Archives
Accueil | Plan du site | Contact
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

2003-2022 CIP-IDF
Plan du site | | Contact | RSS 2.0 | SPIP