CIP-IdF/Commune Libre d'Aligre : 3 rue d'Aligre-75012-Paris / Tél: 0140345974 Contact Plan


Suivez la CIP

             

Abonnement liste infos

Abonnement liste de discussions et débats

L'essentiel

 

recherche :

Accueil  >  Archives  >  Intermittence et autres luttes...  >  Sauf votre respect...
21.07.03

Sauf votre respect...


Jean Jaques Beineix

Publié, le mardi 5 août 2003 | Imprimer Imprimer |
Dernière modification : mardi 5 août 2003

par Jean-Jacques Beineix


Sauf votre respect M’sieur le Baron de Medef, si le spectacle donné par les intermittents vous a choqué, sachez que vos propos ne valaient pas ceux d’un rustre, fût-il à particule.

Ah ! Que tous ces offices du tourisme, ces conseillers généraux commencent à comprendre que les saltimbanques font vendre, ah que l’État saisisse que la culture, non rentable, en apparence, puisse être aussi dépendeuse de bonheur et de paix sociale, de réconfort moral, n’est-il pas spectacle plus réjouissant.

Songez à l’image que notre culture donne de la France, mais cela n’a pas de prix M’sieur le baron.

Oui, je sais, comme vous le dites avec élégance, c’est peut-être en partie avec le fric du privé qu’on paye les baladins mais, trêve de baratin, à ce que je sache le fric que le roi octroyait aux tréteaux ne venait-il pas des caisses du royaume, pris sur le labeur des pauvres, et des laborieux...

La République n’a fait que reprendre en les améliorant un peu les habitudes de vos ancêtres.

À ce que je sache, les cafetiers, les hôteliers, les voyagistes, quand ils affichaient complet, ne faisaient pas l’aumône aux artistes, le chiffre d’affaires généré par les retombées des pirouettes n’était pas confisqué, les artistes ne réclamaient pas leur pourcentage, faudrait-il aujourd’hui leur demander réparation pour perte de recette...

Allons m’sieur le baron, soyez beau joueur, tout ne se calcule pas en économie d’échelle, en flux tendu, en rendement actuariel, en dégraissage sauvage, allez plutôt dans vos rangs faire le ménage et mettez un terme à certains usages qui font des intermittents des boucs émissaires bien pratiques.

Bismarck reprochait à Louis II de Bavière ses châteaux, il aurait préféré des canons, Louis II préférait Wagner et le finançait. Aujourd’hui l’Allemagne n’a plus de canons et les châteaux abondent les caisses de Bavière et je parierais que vous aimez Wagner.

M’sieur le Baron, je vous suggère plutôt de reposer le problème en terme de vases communicants, puisque la solidarité n’est pas votre tasse de thé. Et même si les intermittents ne sont pas prêts à vous élever une statue, réfléchissez posément à leur statut et à la place stratégique de la culture dans nos sociétés malades d’uniformité.

Quand, aujourd’hui, la future Constitution européenne reconnaît que les produits culturels ne sont pas des marchandises comme les autres, M’sieur le Baron, vivez avec votre temps et admettez que les personnels de la culture ne sont pas tout à fait des travailleurs comme les autres.

Ce sont de petites gens, mais, comme le disait Garance dans les Enfants du Paradis, ils ont de grands rêves.

Jean-Jacques Beineix est auteur, réalisateur et producteur.





Retour en haut de page

 

Retour en haut de page

Commissions | Compte-rendus | Communiqués | Actions ! | Photos, sons, vidéos
Textes officiels | Nouveau modèle | Coordination nationale | Liens | Archives
Accueil | Plan du site | Contact
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

2003-2021 CIP-IDF
Plan du site | | Contact | RSS 2.0 | SPIP