CIP-IdF/Commune Libre d'Aligre : 3 rue d'Aligre-75012-Paris / Tél: 0140345974 Contact Plan


Suivez la CIP

             

Abonnement liste infos

Abonnement liste de discussions et débats

L'essentiel

 

recherche :

Accueil  >  Communiqués  >  Année 2007  >  Autres communiqués  >  S’attaquer à un, c’est s’attaquer à tous (Manifestition samedi 1er décembre à 14H Mairie de Montreuil-Libérez Kébé !)

S’attaquer à un, c’est s’attaquer à tous (Manifestition samedi 1er décembre à 14H Mairie de Montreuil-Libérez Kébé !)

Publié, le vendredi 30 novembre 2007 | Imprimer Imprimer |
Dernière modification : mardi 6 septembre 2011


Ces derniers jours, on a vu beaucoup de monde dans les rues de Montreuil. Une ambiance étrange. La ligne 9 était paralysée. Les lycéens de Jean Jaurès allaient d’un établissement à l’autre pour pousser à la grève. Quelques jours plus tard, ils se retrouvaient sur la place de la mairie pour partir en manif. A la fac de Saint-denis, un étudiant annonçait le blocage de l’annexe de Montreuil. Ce qui peut paraître lointain est en fait très poche.

Et c’est la même chose pour la lutte et la situation des personnes sans-papiers : les 25 000 expulsions voulues par le ministre Hortefeux, c’est quotidiennement des rafles aux stations de métro de Montreuil. C’est aussi, des profs et des parents qui s’y opposent, des amis qui se bougent quand l’un des leurs est menacé d’expulsion. L’un des nôtres, Kébé, s’est fait arrêter à Bordeaux le mercredi 31 octobre. Nous nous sommes alors organisés pour empêcher son expulsion. Nous avons manifesté, occupé, bloqué partout où nous pouvions arracher sa libération : la préfecture, le centre de rétention, le consulat, l’ANAEM (qui cogère le « retour » au pays d’origine), l’aéroport... A Bordeaux et ici, c’est à chaque rouage de la « machine à expulser » que nous nous sommes attaqués. À ce jour, Kébé est toujours en centre de rétention. Nous continuons la lutte, pour lui et pour tous.

Durant ces derniers jours de grève et de lutte, l’individualisation et l’isolement ont reculé. Cet isolement qui casse les résistances collectives a été contrebalancé un moment par la volonté de mettre des choses en commun : grèves, actions, manifestations, espaces de parole collective. Il reste malgré tout une réelle amertume. On aurait aimé, au moins à l’échelle de la ville, que les lycéens en grève bataillent aux côtés des machinistes de la RATP, on aurait aimé que ces derniers se saisissent aussi de cette occasion pour dénoncer le rôle de la régie des transports dans le harcèlement des sans-papiers, on aurait aimé que se déroulent les rencontres nécessaires pour que le mouvement puisse durer et s’étendre. On aurait aimé une ville en lutte dans laquelle tous les absents du mouvement puissent se retrouver.

S’en sortir seul ou à plusieurs : la lutte autour de Kébé est issue de ce choix-là, comme la lutte des lycéens et des gens de la RATP. Quand les gestionnaires, les flics et les managers veulent tout individualiser, il nous faut continuer à construire les liens qui pourraient permettre que les grèves ne soient plus solitaires, que la suppression d’une allocation à un chômeur devienne un événement, que les expulsions de sans-papiers deviennent impossibles. Faire que là où nous sommes, on ne puisse s’attaquer à un sans s’attaquer à tous.

La manifestation de ce samedi 1er décembre vient simplement de l’envie de renforcer ces espaces de solidarité et de liberté ouverts par les luttes récentes, de prolonger la rupture de l’ordre quotidien avec son lot de peur, d’isolement face à l’autorité.

A samedi !

Appel à se retrouver le 1er décembre à 14H Mairie de Montreuil, métro Mairie de Montreuil (Ligne 9)

Pour plus de précisons sur l’arrestation et la détention de Kébé : lire l’article Libérez-le !



La coordination a dû déménager pour éviter une expulsion et le paiement de 100 000 € d’astreinte. Provisoirement installés dans un local municipal exigu, nous vous demandons de contribuer activement à faire respecter l’engagement de relogement pris par la Ville. Il s’agit dans les temps qui viennent d’imposer un relogement qui permette de maintenir et développer les activités de ce qui fut un centre social parisien, alors que le manque de tels espaces politiques se fait cruellement sentir.

Pour contribuer à la suite :
• faites connaître et signer en ligne Nous avons besoin de lieux pour habiter le monde.
• indiquez à accueil cip-idf.org un n° de téléphone afin de recevoir un SMS pour être prévenus lors d’action pour le relogement ou d’autres échéances importantes et urgentes.

Pour ne pas se laisser faire, agir collectivement :

Permanence d’accueil et d’information sur le régime d’assurance-chômage des intermittents du spectacle
Envoyez questions détaillées, remarques, analyses à cap cip-idf.org

Permanence précarité
Adressez témoignages, analyses, questions à permanenceprecarite cip-idf.org

Les lundi de 15h à 17h30
à la CIP, 13 bd de Strasbourg, M° Strasbourg Saint-Denis
Tel 01 40 34 59 74



Retour en haut de page

 

Retour en haut de page

Commissions | Compte-rendus | Communiqués | Actions ! | Photos, sons, vidéos
Textes officiels | Nouveau modèle | Coordination nationale | Liens | Archives
Accueil | Plan du site | Contact
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

2003-2024 CIP-IDF
Plan du site | | Contact | RSS 2.0 | SPIP