CIP-IdF/Commune Libre d'Aligre : 3 rue d'Aligre-75012-Paris / Tél: 0140345974 Contact Plan


Suivez la CIP

             

Abonnement liste infos

Abonnement liste de discussions et débats

L'essentiel

 

recherche :

Accueil  >  Archives  >  Comptes-rendus 2003-2006  >  CR Assemblée Générale  >  Mardi 23 Septembre 2003 CR AG

Mardi 23 Septembre 2003 CR AG

Publié, le mardi 23 septembre 2003 | Imprimer Imprimer |
Dernière modification : lundi 29 septembre 2003


Compte-rendu de l’assemblée générale du 23 septembre 2003
Théâtre de la Ville

La tribune est constituée de Cécile (présidente), Daniela (assistante), Claire (Tour de parole), Peguy (médiation), Fabrice (secrétaire).

Ordre du jour :
-  compte-rendu des actions
-  compte rendu des commissions
-  Débat sur le rapport au public
-  Structuration de la coordination
-  La rue du cherche midi (chez Gérard Depardieu)
-  Théâtre de la ville
-  Théâtre des 13 vents
-  La parole aux syndicats
-  Calendrier

Réunion avec Gérard Depardieu, Christophe Girard et 6 personnes de la coordination :

Le rendez-vous à démarré à 12h00 à la mairie de Paris avec 6 personnes de la coordination. Gérard revient des Etats-Unis, il est en retard. Pendant ce temps les membres de la coordination, pour patienter, discutent avec Christophe Girard, le conseiller du maire préposé à la culture, sur les problèmes actuels. Christophe Girard lit une lettre du maire qui exprime sa solidarité avec les professionnels des métiers du spectacle où celui-ci demande à différents arrondissements de réagir face au manque d’un lieu pour la coordination. Gérard arrive, il insiste sur le fait que la maison n’est pas en état pour accueillir du monde mais il donne tout de même son accord pour que la coordination s’installe en ce lieu jusqu’au 20 décembre 2003. Il demande à la mairie de faire tout son possible pour trouver un lieu pour la coordination, Gérard Depardieu et Christophe Girard signent ensemble un accord de principe. Suite à cela tout le monde est parti s’occuper de ses moutons ou d’autres choses, il ne reste plus qu’à signer une convention avec notre ami Gérard avant d’investir les lieux, contracter une assurance, trouver des professionnels du spectacle (ou autres) pour faire des travaux de plomberie, d’électricité, etc. (on va pouvoir faire une belle maison à notre copain Gérard).

Une question dans la tribune : Le fait que Gérard propose en tant que particulier un lieu pour la coordination, n’est-ce pas un désengagement de la mairie ?
Réponse : Ce n’est pas un désengagement du fait de l’accord de principe signé entre Gérard et Christophe Girard. Lorsque l’on partira du commissariat pour aller au 415, rue du cherche midi, ce sera une grosse fiesta.

Quartet Buccal de Savigny/Orges, samedi dernier :

Le Quartet Buccal est représenté à l’AG par Coco. C’est un groupe qui vit depuis 10 ans à Savigny sur Orges en collaboration avec la MJC. Ce groupe ne bénéficiait d’aucune subvention de la mairie, il disposait simplement d’un lieu et d’une aide technique pour pouvoir répéter, en échange il jouait gratuitement tous les ans à la fête des associations locales. Lors de la fête de cette année, le groupe propose un forum pour parler du problème actuel des professionnels du spectacle vivant. Sur ce l’adjointe au maire demande au technicien de couper le micro, ce qu’il ne fait pas. Deuxième effet Kiss Cool : la mairie contacte la MJC, elle signale que si le Quartet Buccal ne quitte pas les locaux promptement, les subventions de la MJC seront coupées.
Le quartet décide de partir et reçoit dès lors des propositions d’accueil de différentes mairies socialistes, ce qui est bien pour lui. Même si le quartet est content d’avoir un nouvel endroit, Coco dit qu’il faut faire tout de même attention à la récupération politique et que pour l’instant l’opposition ne propose rien de concret sur la semaine de gel par exemple ou d’autres positions.

Jean-Francis intervient et souligne : « le cas du Quartet à Corde n’est pas un cas isolé, il y a d’autres cas similaires, il faut savoir réagir à ce genre de choses ».

Action, information :

Action proposée par Olivier le mercredi 24 septembre 2003, rendez-vous à 9h00 au commissariat, c’est une action très tranquille avec un gros impacte symbolique. Il demande cinquante personnes. L’action se termine vers 12h00 ou 13h00.

Commission médiation :

La commission médiation redémarre depuis quelques temps, il y aura une information sur le site. La commission lance un appel afin d’être rejoint par d’autres personnes, pour l’instant, ils sont trois et c’est trop peu pour tout le travail que cela demande. Un rappel pratique : on demande aux personnes qui font des réunions de réaliser absolument des compte-rendus et de les faire parvenir aux adresses suivantes : laddecablera hotmail.com ou alizzoli.constance wanadoo.fr ou eymard.travel free.fr
Il faut penser aussi à annoncer le plus tôt possible les réunions de travail et nous rappelons qu’un planning est à disposition au siège de la coordination.
A l’intercom de dimanche, nous avons constaté un malaise dû à des tensions entre les personnes. Il serait sain de mettre tout cela à plat le mercredi 24 de 12h00 à 18h00 au théâtre de la ville et le jeudi 25 septembre 2003 de 11h00 à 18h00 salle des métalos afin d’avancer le débat de fond.
Ordre du jour de ces deux journées :

Mercredi 24 :
-  Le fonctionnement structurel de la coordination
-  La transparence dans la coordination
-  Deux débats : (1) la précarité et l’intermittent, (2) l’inter pro et le corporatiste

Jeudi 25 :
-  Modalité d’action et groupe de travail
-  Ce qui se dégage de la journée du 24
-  Le compte-rendu de l’audiovisuel
-  Les modalités des actions et le rapport aux médias
-  Comment fonctionne la coordination

A ce moment de la rencontre, il y a beaucoup de chahut sur le télescopage des différentes actions et réunion. Le mot d’ordre est d’arriver à prendre le plus possible en considération le planning de chaque chose afin que chacun puisse participer à tout. Une personne dit qu’aujourd’hui il y a besoin absolument d’un débat de fond sur le fonctionnement de la coordination et qu’il est très important de ne pas faire passer la forme avant le fond.

Commission restauration, bar :

Nous avons besoin de gens au bar

Commission audiovisuel :

Le mercredi 24 septembre 2003, il y a une AG exceptionnelle avec films et débats dans l’auditorium de 500 places du Forum des images aux Hall.
La commission souligne aussi qu’il y a beaucoup de fonds de films montés qui viennent d’un peu partout dont les films VIRUS. Il ne faut pas en faire n’importe quoi et surtout ils ne doivent pas être vendu à des fins commerciales. Pour en savoir plus, rendez-vous à l’AG de la commission audiovisuel.

Commission revendication/proposition : Samuel

Proposition d’un nouveau modèle de protocole en réaction au nouveau protocole. Dans ce nouveau modèle, il y a beaucoup de questions qui ne sont pas réglées comme celles de l’assouplissement et du champ d’application. La commission signale aussi qu’elle a du mal a fixé des dates pour avoir un retour sur cette proposition. Ce nouveau modèle est en évolution constante, le problème c’est qu’il est très peu débattu à la coordination. Nous rappelons que ce nouveau modèle a pour objectif de construire à nouveau un rapport de force au niveau national. Nous essayons de résoudre des problèmes à partir de cas particuliers, donc plus il y a de cerveaux en connections et plus nous avons de chance de le faire aboutir un jour.

Quelques interventions :

Farida est surprise par ce que certaines choses, malgré des discussions antérieures, sont toujours présentes dans ce nouveau modèle.
Réponse : Nous sommes trop peu pour la parti secrétariat pour réécrire tout cela

IL FAUT ABSOLUMENT UN DEBAT SUR CE NOUVEAU MODELE !

Une question : Le SARF a fait lui aussi une contre-proposition, il y en a aussi une troisième, alors est-ce que cela n’est pas de trop, ne faut-il pas aujourd’hui tout réunir ?

IL FAUT ABSOLUMENT UNE REUNION LA PLUS LARGE POSSIBLE POUR CE NOUVEAU MODELE !

Question d’un fille blonde : Le champ d’application est-ce que c’est un gros débat ? Même si ce chapitre est vide il faut qu’il apparaisse.

UNE REUNION QUAND ?

Groupe de travail avec Juliette : Comment agir sur son lieu de travail pour faire une rentrée de saison anormale ?
Pour l’instant c’est en cours d’élaboration. L’idée ce serait une valise qui contienne :

-  une charte de l’action minimale
-  une lettre pour le public envoyer par les structures par rapport à leur mailing
-  des textes, des comptes rendus d’actions menées, des propositions sonores et audiovisuelles,...

Cette commission a une réunion tous les dimanches à 19h00.

Une phrase surgit : IL FAUT TENIR ENCORE IL NE FAUT PAS LACHER LE MORCEAU (applaudissement dans la salle).

Commission entrepreneur :

Mise en place d’un chantier pour prendre contact avec tous les théâtres pour savoir ce qu’ils comptent faire pour cette rentrée de saison.
Une intervention le samedi 20 au TEP, des comédiens de Catherine-Anne ont lu des textes.
Au théâtre de la commune, une intervention avec un appel aux intermittents présents dans la salle pour qu’ils viennent sur le plateau, la moitié de la salle c’est déplacé.
Cette dernière intervention pourrait être reproduite un peu partout car elle a impacte symbolique très fort dans ce rapport scène/salle.
Il y a une réunion jeudi à la salle Sarah Bernardt à 13h00.

Commission musique :

Appel à l’ensemble des commissions car ils sont en contact avec un musicien, Marc Rivau, qui est basé aux Etats Unis ; Il essaye d’organiser une réunion là-bas au sujet de la lutte des professionnels du spectacle en France.

Groupe de travail « rentrée des écoles » :

L’objectif est de sensibiliser les élèves dans les écoles d’arts plastiques et autres ainsi que les conservatoires de théâtre, musique, danse, etc. sur la démarche de la coordination. L’idée ce serait de trouver une personne dans chaque école afin de relayer les informations.

Commission média : Jean-Marie

Mise en place du journal de la coordination, l’objectif serait que la diffusion du numéro 2 soit nationale. Jean-Marie précise que c’est un réel support tournée vers l’extérieur. Une appel est lancé aux personnes intéressées.

Commission des arts de la rue et du cirque :

Elle va bien.

Commission public : Raphaëlle

Au festival des arts de la rue et du cirque de Cergy, la commission public a proposé une information au public sur deux jours. La commission a contacté toutes les compagnies présentes au festival pour leur proposer un rendez-vous le samedi matin pour un débat, tout le monde semblait enthousiaste au téléphone. Résultat des courses, seulement trois compagnies sur 40 étaient présentes. La mise en place de ces deux jours d’information a été difficile, c’était le bordel totale. Raphaëlle est à la commission public depuis le 14 juillet, cette commission est vite devenue la commission photocopie, ensuite peu de choses ont marché au sein de cette commission. Raphaëlle se pose finalement cette question : qu’est-ce que la commission public ? Peut-être que son existence à tendance à désengager la prise de position des différentes structures vis à vis de leur public, que ce soit les théâtre, les festivals ou les compagnies. Jean-Marie dit que ce serait dommage si cette commission disparaissait, c’est le travail le plus laborieux car il s’effectue dans le contact direct avec le public. Une autre voix dit que si la commission disparaît et que chaque structure prend en charge son public, c’est une sorte de privatisation du mouvement en place.

Fred, comédien : La semaine morte de la culture du 13 au 20 Octobre, tout sera fermé à Nantes. Ils attendent la position de Paris.

Une question : Comment reconstruire le rapport de force ?
Réponse : la semaine de gel du 13 au 20 Octobre.
Un monsieur chauve à lunette : L’idée de cette semaine de gel, c’est que tous les lieux ne soient pas fermé mais ouvert pour mettre en place des forums, des débats, des états généraux,... Que tous le lieux soient dédiés à tous les types de débats
Une autre voix : Le public n’a pas envi de se faire appeler public mais travailleur solidaire.
Une autre voix : Depuis que nous travaillons nous sommes moins dans la lutte. On veut lutter, quel est la position de la coordination.

APPEL A LA GREVE DE LA PART DE LA CGT POUR LE 2 OCTOBRE PROCHAIN !

Aurélie de la Ferme du Buisson : Elle très contente de pouvoir s’appuyer sur les personnes de la coordination pour savoir ce que l’on peut dire au public. Ensuite c’est un travail interne à la structure pour décider de quel façon ils agissent. Il faut que la commission public continue à exister mais les structures doivent être autonome dans la redistribution vis à vis de leur public.

Un monsieur chauve, habillé en noir (il parle d’une expérience à Arles) : Cela prend beaucoup de temps de mettre quelque chose en place par soi-même. De rassembler tous les documents, faire les photocopies, le Conseil Général de là-bas les a beaucoup aidé. L’idée du pack de rentré, c’est une bonne idée. Il ne faut pas non plus rêver sur l’attente du public par rapport à nos informations, cela ne les passionne pas forcément, le tout venant est très indifférent. En venant avec le pack de rentrée , on expose clairement la position de la coordination et cela donne du poids pour demander à la structure d’accueil sa position par rapport à celle de la coordination. Dans le pack ce serait interessant d’avoir tout ce qui décortique le protocole. Finalement la commission public, celle qui s’occupe du pack, ce serait un peu la même chose, pourquoi ne pas les regrouper.

Marisa : On a repris le travail, mais cela a été difficile. Les structures ont été ravis que l’on prenne la parole. Les gens ont été heureux de ces rencontres. Il faut demander aux lieux de se positionner par rapport à cette semaine de gel. Ilfaut peut-être que la commission pack de rentrée et la commission public se réunissent.

Michel : Je suis gêné par le terme public. J’ai découvert la notion de spect-acteur avec Luba. Ces spect-acteurs s’étaient mis en action eux-mêmes. Le public, c’est aussi parfois des personnes qui crachent à la gueule des grévistes.

Une femme rousse : Il faudrait des associations de spectateurs avec lesquels se mettre en rapport. Il faut que les structures envoient des lettres en fonction de leur mailing. Le public est un artiste, s’il n’était pas artiste, il ne viendrait pas nous voir.

Christophe : Il y a des lieux qui se dédouanent, d’autres vont dans le sens de la Ferme du Buisson. Il faut absolument que tout les lieux se positionnent une fois pour toute.

INTERVENTION DE LA COMMISION DES MOTS, LE MOT PUBLIC VIENT DE PUBLICUS, CROISEMENT ENTRE PEUPLE ET POIL. LE POIL ETANT LE SYMBOLE DU PASSAGE DU MONDE DE L4ENFANCE AU MONDE ADULTE... (et pour les imberbes ?)

Xavier, metteur en scène : La semaine morte n’est pas la meilleur idée. Ce temps est trop long. Ce serait plus interressant une journée par mois qu’une semaine complète.

Un monsieur en rouge et noir : Par rapport à l’engagement des lieux, ou en est l’idée que les cotisations patronales soient bloquées sur un compte ?

Un autre personne : Apparemment ce n’est pas une bonne idée si cela reste isolé, pour que cela marche, il faudrait que tout le monde le fasse.

Une voix : LA GREVE EST NOTRE SEULE ARME !

Une autre voix : il y a une question très importante : EST-CE QUE L’ON A LE POUVOIR DE FAIRE CEDER LE MEDEF ET LE GOUVERNEMENT EN ENFAISANT MOINS QUE CET ETE ? Il faut que la télévision, l’audiovisuel s’engage plus pour toucher le maximum de personnes. Il faut viser plus haut pour installer un nouveau rapport de force

Une annonce : Il n’y a plus personne en commission public pour l’instant et ce depuis lundi.

Affichage sur les portes du théâtre de la Ville, ils sont avec nous à fond ici. Il y a différentes proposition sur les termes à employer, tout le monde n’est pas d’accord entre le terme d’intermittents et celui de professionnels du spectacle. Voici quelques propositions :

LES INTERMITTENTS EN LUTTE SAUVERONT LA CULTURE EN DANGER

SPECTACLE VIVANT REFLECHISSONS ENSEMBLE

INTERMITTENT EN LUTTE : CULTURE POUR TOUS - AGISSONS ENSEMBLE

(Il y a beaucoup de brouhaha dans la salle cela devient difficile de prendre des notes, je commence à bayer...)

LA CULTURE COUTE CHERE, ESSAYER L’IGNORANCE

SI TU NE PARTICIPES PAS A LA LUTTE, TU PARTICIPES A LA DEFAITE

LA CULTURE A UN PRIX MAIS SON ABSENCE COUTERA CHER

GOUVERNEMENT MEDEF : ALTE A LA PRECARISATION

(Cela devient de plus en plus le brouhaha, je ne peux plus prendre de note, je crois qu’il y un vote par rapport au slogan mais cela ne satisfait pas tout le monde)

Il est 17h10, je viens de terminer la rédaction de ce texte, ne connaissant pas tout le monde et n’ayant pas l’habitude de réaliser des compte-rendus, j’espère avoir respecter au maximum les propos de cette assemblée, et ne pas avoir entaché les prénoms de chacun. Veuillez m’excuser pour les descriptions utilisées lorsque le prénom n’était pas dit. C’était difficile aussi par rapport à la réverbération du micro et parfois les le rythme de la parole était trop rapide. C’est la première fois que j’écris durant 2h30 tout ce qui se dit et le soir j’avais la sensation en rentrant que ce n’était plus moi qui parlait mais toutes les voix qui ont traversé mon cerveau pour arriver jusqu’à mon stylo...





Retour en haut de page

 

Retour en haut de page

Commissions | Compte-rendus | Communiqués | Actions ! | Photos, sons, vidéos
Textes officiels | Nouveau modèle | Coordination nationale | Liens | Archives
Accueil | Plan du site | Contact
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

2003-2021 CIP-IDF
Plan du site | | Contact | RSS 2.0 | SPIP