CIP-IdF/Commune Libre d'Aligre : 3 rue d'Aligre-75012-Paris / Tél: 0140345974 Contact Plan


Suivez la CIP

             

Abonnement liste infos

Abonnement liste de discussions et débats

L'essentiel

 

recherche :

Accueil  >  Communiqués  >  Année 2014  >  Autres communiqués  >  Ensemble pour se défendre : occupation du Pôle emploi de Chelles

Ensemble pour se défendre : occupation du Pôle emploi de Chelles

Publié, le vendredi 6 juin 2014 | Imprimer Imprimer |
Dernière modification : vendredi 6 juin 2014


Ce vendredi 6 juin 2014, l’union locale de la Confédération nationale du
travail (CNT) de Chelles et Marne-la-Vallée occupe l’agence Pôle emploi de
Chelles. Nous vous proposons d’échanger autour d’un café, de vous informer
sur vos droits et sur les recours possibles face :

• aux difficultés d’inscription pour toucher l’allocation-chômage ;
• aux
radiations de la liste des demandeurs d’emploi effectuées par Pôle emploi
à la suite d’une absence à une convocation dans leurs locaux. La sanction
est extrêmement lourde : dès la première absence, le-la
chômeur-se est tout simplement radié-e pour une période de 2 mois ;
• aux « trop-perçus » récupérés par Pôle emploi sans explications, sans information sur les droits éventuels de recours, sans que cet organisme n’ait besoin de justifier quoi que ce soit [1]. Ces versements « indus » fabriqués par le logiciel de Pôle emploi font parfois suite à de multiples déclarations d’activités, pour une même période, qui ne coïncident pas tout à fait en terme de rémunération. La plupart du temps, il s’agit d’une erreur des
services de Pôle emploi.

Chaque année, Pôle emploi procède à près de 500 000 radiations. Lorsque le couperet tombe, l’allocation-chômage est suspendue pour une durée de 2 mois et sera difficile ensuite à récupérer. Durant cette période, le-la
chômeur-se radié-e devra se démerder pour continuer à vivre, à se loger, à
se nourrir, à payer ses factures, et ne parlons même pas de l’accès aux
loisirs. Pour Pôle emploi, ce-tte chômeur-se n’est qu’un chiffre, une
statistique parmi tant d’autres, permettant aux agents de déshumaniser les
situations et d’appliquer à la lettre des directives visant à contrôler et
à punir les classes populaires privées d’emploi [2].

Dans un contexte où nous sommes soigneusement maintenu-es dans l’ignorance de nos droits, le pouvoir des institutions de gestion de la précarité
apparaît trop souvent comme absolu. Quiconque a affaire à Pôle emploi [3] ou à
la Caisse d’allocations familiales (CAF) [4] sait de quoi il s’agit. C’est l’Etat qui remet à un agent le soin de décider des moyens de subsistance d’un autre humain. Ce sont des calculs comptables qui font oublier les vies derrière les chiffres. Ce sont des règles d’indemnisation opaques, arbitraires, rarement explicitées et qui excluent plus de la moitié des
chômeur-ses de l’allocation. C’est le mépris et le soupçon avec lesquels
on traite quiconque dépend d’une institution pour ses revenus. C’est
transformer les droits sociaux en dettes individuelles, et réduire par-là
tout horizon, toute capacité à se projeter [5].

Le service s’est considérablement dégradé avec :

• la privatisation de la plupart des prestations proposées par Pôle emploi ;
• la dématérialisation des inscriptions par les appels à la plate-forme
téléphonique du 39-49 [6] ;
• la dématérialisation des courriers adressés aux chômeur-ses par Pôle
emploi. Ce sont des convocations qui n’arrivent pas, ou qui apparaissent
et disparaissent de l’« espace personnel » du-de la chômeur-se sur le site
Internet de Pôle emploi, des bugs en tout genre, des « problèmes
techniques » qui ont pour conséquences, entre autres, des radiations pour
« absence à convocation » alors que les intéressé-es n’ont pas vu ladite
convocation, ni sur leur « espace personnel », ni ailleurs ; pas plus que
l’avertissement avant radiation qui les informe de la sanction ainsi
enclenchée et leur laisse 15 jours pour s’expliquer. Aucun texte légal ne
prévoit expressément la possibilité d’ouvrir une telle procédure sur la
base d’un simple envoi de message électronique. Le médiateur national de
Pôle emploi recommande d’ailleurs d’abroger les radiations pour « absence
à convocation » au profit d’un dispositif de « graduation ou de sursis ».

Les conflits entre l’administration et ses « clients » se sont multipliés [7].
Pour faire appliquer nos maigres droits, il faut souvent batailler, sans
que le résultat soit garanti. Bataillons donc ensemble, car l’isolement de
chacun-e est la première arme de ce pouvoir. Mener des actions à plusieurs
permet de mieux s’en sortir, de se sentir moins fragiles et de faire
éclater à un niveau public, donc politique, le scandale de la violence de
l’institution [8]. Nous considérons l’entraide, la solidarité, les rencontres et les luttes collectives indispensables pour essayer de faire bouger les choses, reprendre ce qu’on nous doit là où le droit s’arrête, reconquérir des droits là où les conquêtes collectives se font détruire au profit de la société-entreprise [9].

Nous, union locale de la Confédération nationale du travail (CNT) de
Chelles et Marne-la-Vallée, sommes là ce vendredi 6 juin 2014 pour régler
la situation de 2 chômeurs victimes une nouvelle fois de l’incurie des
services de Pôle emploi. Nous demandons qu’une personne fasse l’étude sur
place de ces 2 dossiers qui concernent une radiation et un trop-perçu de 3
300 euros. A travers ces 2 situations, nous dénonçons le mépris et la
stigmatisation des chômeurs-ses qui sont à l’œuvre dans le débat public.

Si vous êtes victime de contrôles, de sanctions ou de radiations,
contactez-nous ou passez directement à l’une de nos permanences au 1 bis,
impasse Emilie, à Chelles (à 200 m de la gare RER de Chelles-Gournay),
chaque mercredi de 18 heures à 20 heures.

— 
Permanence syndicale tous les mercredis de 18h à 20h
Au 1 bis impasse Emilie
77500 Chelles
Contact :
06 59 38 95 58,
ul.chelles.mlv cnt-f.org
http://onafaim-cnt.blogspot.fr





Retour en haut de page

 

Retour en haut de page

Commissions | Compte-rendus | Communiqués | Actions ! | Photos, sons, vidéos
Textes officiels | Nouveau modèle | Coordination nationale | Liens | Archives
Accueil | Plan du site | Contact
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

2003-2021 CIP-IDF
Plan du site | | Contact | RSS 2.0 | SPIP