CIP-IdF/Commune Libre d'Aligre : 3 rue d'Aligre-75012-Paris / Tél: 0140345974 Contact Plan


Suivez la CIP

             

Abonnement liste infos

Abonnement liste de discussions et débats

L'essentiel

 

recherche :

compte rendu du 27 octobre 2003

Publié, le mercredi 12 novembre 2003 | Imprimer Imprimer |
Dernière modification : mercredi 12 novembre 2003


Compte-rendu de la réunion du groupe de travail « saison en lutte » du lundi
27 octobre 2003 de 19 à 22 heures aux Laboratoires d’Aubervilliers

Présentation de l’objet de la réunion par Magali, Valérie et Frédéric

Les objectifs de « Saison en lutte »
Retour sur l’actualité
Témoignages et comptes-rendus des expériences de chacun dans les lieux de
programmation
Quels moyens d’action pour le public ?

Qui peut préparer les prochaines réunions ?

Trouver des lieux, s’occuper de l’information.
Passage de la feuille du listing pour les gens qui ne sont pas encore
inscrits

Historique de « Saison en lutte »
par ?

C’est donc la sixième séance. A chaque fois dans des lieux différents.
Au départ la commission rentrée du vivant
But : mobiliser les équipes pour qu’elles communiquent entre elles, avec
les structures dans lesquelles elles vont travailler, qu’elles fassent le
lien avec les coordinations locales en tournée.

Concrètement :
Mise au point d’une charte d’action minimale
création du site « Saison en lutte »
Rédaction d’une lettre au public
Création de « la valise » sur le site, qui répertorie les différentes
initiatives

Remarque sur le « Cabaret du Protocole » :
Présenté en 3 pages sur le site. Idée : participer de manière joyeuse à la
lutte. Créé à la fin su spectacle de Claude Régy au Théâtre de la Colline.
Le but est que cet outil se transmette. (Peut-être à l’Odéon après « le
jugement dernier » ). C’est un canevas dont chacun peut s’emparer.

La charte
faite pour les compagnies. C’est préférable de l’utiliser en préalable, à
l’avance pour les tournées : ça donne des repères sur le lieu dans lequel
on arrive.
C’est très utile, ça évite d’être seul, ça gagne du temps.
Important de s’approprier tous ces outils si on veut qu’ils
fonctionnent.(prendre le temps de ça)
Il est important que chacun fasse circuler l’information et aille la
chercher.

Question du risque éventuel de l’épuisement du public

Commission des entrepreneurs
par Samuel Carniero
Eux font passer l’information à toutes les structures.
Ont un site à l’usage des théâtres où ils peuvent trouver l’information
pour la vulgarisation auprès du public.
Nécéssité que ces structures, elles aussi, s’approprient l’information.
Que les directeurs et le public deviennent acteurs.
Toutes les structures du Syndeac ont été contactées.
Si les compagnies en tournée veulent savoir si la structure dans laquelle
ils vont jouer a été contactée par la commission des entrepreneurs : le
plus simple est d’appeler la commission.

Témoignage de ?
A joué 5 semaines à l’Étoile du Nord. Se pose la question de la continuité
sur la saison entre les différentes équipes qui passent dans un théâtre.
Est-ce que le théâtre (son équipe) peut être le lien ?
Contacter soi-même les équipes qui nous ont précédées et qui nous suivent ?

AGCS, droit européen

L’idée des réunions est de continuer à faire circuler l’information, de
diffuser la cassette « Nous avons lu le protocole » (contre un don de 5
euros) et le CD de la conférence de R.M .Jennar sur l’AGCS. (petit topo
sur l’AGCS pour ceux qui ne savent pas ce que c’est).

Information sur le fait qu’à la réunion de lundi prochain, une spécialiste
du droit européen sera là pour répondre aux questions s’il y en a et
parler en liaison avec le forum social européen qui aura lieu le 13
novembre.

Signalé l’existence d’une autre cassette vidéo « Le bien commun » sur l’AGCS.

En tournée

Importance du contact avec les coordinations locales quand on est en
tournée. Ce n’est pas toujours facile (témoignage d’une tournée à Rennes).
On trouve sur le site le listing des coordinations et leurs contacts.

Appel à la signature de la charte, possible sur le site.

Samuel : Un outil va être lancé : une affiche N&B (porte murée "entrée des
artistes", qui pourra être affichée dans tous les théâtres sur la région
parisienne ou en tournée. Pas disponible tout de suite ( encore à
l’imprimerie)

Les équipes des théâtres

Témoignage de Johny (administrateur du théâtre de l’Échangeur à Bagnolet) :
Sur le problème de s’attendre en permanence pour faire des choses (entre
les différents lieux). Ont réussi à faire un élément commun : une carte
postale « Abrogation » Public/Structures solidaires à envoyer au Président
de la République.
Dans leur lieu : mènent des actions au niveau de la ville (centre
commercial Auchan), affichage de textes poétiques dans les manifs, élargir
la lutte. (Sont en demande de textes si vous en avez). Lisent des textes
de Gabily, Deutsh etc... avant chaque spectacle, ont fermé à chaque fois
quand il y a eu des appels à la grève, ont participé à un forum local, ont
demandé l’organisation d’un forum sur l’AGCS.

Il y a un problème d’information entre les compagnies pour se faire
connaître nos positions respectives (notamment en cas d’appel à la grève).
Que chacun fasse connaître sa position aux autres dès qu’elle est décidée.
Chacun doit faire l’effort d’envoyer l’information et d’aller la chercher.

Exemple de la Ferme du Buisson où l’équipe est très mobilisée : elle se
réunit tous les mercredis. A un projet de délégation avec ses abonnés pour
l’écriture d’une lettre aux élus, un projet de communiqué de presse commun
avec les autres théâtres de la région parisienne.
Info : les enseignants du 77 organisent une tribune le 6 novembre à 20h30.
Thème : Quelle solidarité, quel service public ?

Témoignage de Stéphane Olry (La Revue Eclair) : lors d’une tournée en
province, rencontre avec le maire de la ville (Saint-Valery-en-Caux) à la
demande de la directrice du théâtre, en compagnies de gens de la
coordination de Haute-Normandie et d’une personne du Syndeac pour
sensibiliser le maire (UMP) au problème des intermittents en lui laissant
entendre que ça lui coûtera plus cher de maintenir la même offre
culturelle dans sa ville si le protocole passe.
Important de sensibiliser les élus si c’est possible.
(Certains maires UMP ont pris position et fait voter des mentions à leur
conseil municipal pour l’abrogation du protocole).
Parle aussi de la position de la compagnie : lecture de la lettre au
public après chaque spectacle suivie du « jeu de l’excellence culturelle »
où on propose aux spectateurs d’aider le MEDEF, la CFDT et le ministère de
la culture à choisir les meilleurs artistes et techniciens qui méritent de
rester dans les annexes spécifiques en leur demandant de rayer, dans la
liste des noms des gens ayant participé au spectacle, un tiers des noms.
Il y a aussi une case : "je refuse de participer au jeu de l’excellence
culturelle et demande la renégociation des annexes 8 et 10". Toutes les
réponses seront envoyées au ministère de la culture.
(Le jeu va être mis en ligne pour ceux que ça intéresse)

Une coopérative de spectateurs

Samantha Lavergnolle , d’une coopérative de spectateur.
Co-errances s’est monté il y a un an, face à l’industrie du livre. C’est
une coopérative. Idée d’autonomie. Ont un catalogue de livres, revues,
films.
Constituer une triangulaire entre l’état, l’institution et le public.
C’est encore en expérimentation.
Ont déjà pas mal d’abonnés, ont organisé des conférences tous les matins
au rassemblement d’Uzès musical.
Veulent constituer une mutuelle de lecteurs, auditeurs, spectateurs.
Organisent une journée de travail le 31 octobre de 10h à 16h au siège de
la fédération des mutuelles de France. 3/5 rue de Vincennes à Montreuil.
01 49 88 52 16
Site : www.co-errances.org

On peut dire aux spectateurs qui ont envie de faire des choses de prendre
contact avec eux. Dire aussi aux spectateurs de faire pression sur les
élus locaux.

Provoquer des débats publiques avec les directeurs de théâtre et les élus
locaux. ( Dans le 91 et le 78, des collectifs d’acteurs, d’étudiants et de
spectateurs) ont « boosté » les élus, leurs maires, pour leur parler des
problèmes concrets qu’ils vont rencontrer dans leur communes.) Tout ça
dans le but que les élus signent des motions (leur demander de prendre
position).
Idée d’une lettre à adresser aux élus ? : attendre celle de la Ferme du
Buisson et voir si on peut la diffuser largement.

Questionnement sur le travail, le salariat etc...

Problème de faire des budgets qui tiennent compte du travail dans sa
totalité pour que nos interlocuteurs se rendent compte de ce que ça
représente. Que le ministère des Affaires Étrangères ne considère plus les
missions à l’étranger comme des « vacances » (elles sont défrayées mais non
payées)

La prochaine réunion de la commission des entrepreneurs sera une
simulation du coût réel d’un spectacle.

Sur l’idée de travail, de salariat, de droit au travail non-productif : il
va y avoir prochainement 2 ou 3 jours de réflexion à Jussieu avec Bernard
Friot , professeur d’économie. Idée du salaire libre).

Témoignage de Anne Sée sur l’opération « le printemps chapiteau » en milieu
rural et des difficultés et du travail que ça représente. C’est un exemple
de mission confiée par l’état à un C.D.N. où il y a beaucoup de travail
annexe au fait de jouer simplement.

Témoignage de ? sur la communication qu’ils ont choisi de faire après leur
spectacle joué à la Tempête, né d’une période de non-emploi (grâce aux
ASSEDIC) : ont choisi de faire le compte de toutes les heures travaillées,
du montant des indemnités ASSEDIC touchées et des cachets touchés quand le
spectacle a été acheté et de communiquer tout ça aux spectateurs à la fin
du spectacle. Ont voulu témoigner de ça concrètement et ce concret a
beaucoup touché les gens et a été à l’origine de discussions fructueuses.

Comment faire circuler l’information ?

La presse : ils sont liés, ne peuvent pas écrire ce qu’ils veulent.
Les courriers des lecteurs dans les journaux ?

Les réunions entre nous sont précieuses pour ça.

La technique de « La taupe » : faire en souterrain, petit à petit, pas
forcément en abordant les questions de front.

Attention à ce que l’information sur nos problèmes ne devienne pas
misérabiliste.

Parler à propos de l’actualité.

Décrédibiliser tout de suite certains discours (excellence culturelle,
compétition entre compagnies)

Info : à l’Odéon, une cellule intermittente s’est créée qui se réunira
tous les mardis.

Ne pas hésiter à soutenir les artistes qui jouent devant des publics plus
« difficiles » : les musiciens classiques (Huées à la lecture d’un texte
avant la représentation des « Troyens »)

Information sur le 30 octobre :

Il va y avoir un référé au tribunal. Qui peux demander la suspension de
l’application du protocole.
Ça arrangerait tout le monde (le gouvernement a même déjà un projet de
nouveau protocole qu’on peut consulter sur le site de Sud Culture)

Appel à manifestation par 4 organisations (dont les précaires associés) à
14 heures devant l’Unedic, 82, rue de Reuilly. Parcours
Unedic/Bercy/Unedic. La CGT appelle à manifester à 16 heures et aussi au
débrayage.

INFORMATIONS EN VRAC

- Si les compagnies en tournée veulent savoir si la structure dans laquelle
ils vont jouer a été contactée par la commission des entrepreneurs : le
plus simple est d’appeler la commission.

- La cassette « Nous avons vu le protocole » est toujours disponible (contre
un don de 5 euros) et le CD de la conférence de R. Jennar sur l’AGCS à la
coordination.

- Le 13 novembre de 10h à 13h au Théâtre du Rond-Point,
la commission présente son projet de nouveau protocole

- Cassette d’une version comique de « Nous avons vu le protocole » par des
musiciens : « Fatal » - 12’.
Pour se la procurer, contacter Hervé Jukobovitch au 06 20 45 10 40 ou 01
48 46 53 52

- Il existe une cassette vidéo « Le bien commun » sur l’AGCS.

Compte-rendu de la réunion du groupe de travail « saison en lutte » du lundi
27 octobre 2003 de 19 à 22 heures aux Laboratoires d’Aubervilliers

Présentation de l’objet de la réunion
par ?

Les objectifs de « Saison en lutte »
Retour sur l’actualité
Témoignages et comptes-rendus des expériences de chacun dans les lieux de
programmation
Quels moyens d’action pour le public ?

Qui peut préparer les prochaines réunions ?

Trouver des lieux, s’occuper de l’information.
Passage de la feuille du listing pour les gens qui ne sont pas encore
inscrits

Historique de « Saison en lutte »
par ?

C’est donc la sixième séance. A chaque fois dans des lieux différents.
Au départ la commission rentrée du vivant
But : mobiliser les équipes pour qu’elles communiquent entre elles, avec
les structures dans lesquelles elles vont travailler, qu’elles fassent le
lien avec les coordinations locales en tournée.

Concrètement :
Mise au point d’une charte d’action minimale
création du site « Saison en lutte »
Rédaction d’une lettre au public
Création de « la valise » sur le site, qui répertorie les différentes
initiatives

Remarque sur le « Cabaret du Protocole » :
Présenté en 3 pages sur le site. Idée : participer de manière joyeuse à la
lutte. Créé à la fin su spectacle de Claude Régy au Théâtre de la Colline.
Le but est que cet outil se transmette. (Peut-être à l’Odéon après « le
jugement dernier » ). C’est un canevas dont chacun peut s’emparer.

La charte
faite pour les compagnies. C’est préférable de l’utiliser en préalable, à
l’avance pour les tournées : ça donne des repères sur le lieu dans lequel
on arrive.
C’est très utile, ça évite d’être seul, ça gagne du temps.
Important de s’approprier tous ces outils si on veut qu’ils
fonctionnent.(prendre le temps de ça)
Il est important que chacun fasse circuler l’information et aille la
chercher.

Question du risque éventuel de l’épuisement du public

Commission des entrepreneurs
par Samuel Carniero
Eux font passer l’information à toutes les structures.
Ont un site à l’usage des théâtres où ils peuvent trouver l’information
pour la vulgarisation auprès du public.
Nécéssité que ces structures, elles aussi, s’approprient l’information.
Que les directeurs et le public deviennent acteurs.
Toutes les structures du Syndeac ont été contactées.
Si les compagnies en tournée veulent savoir si la structure dans laquelle
ils vont jouer a été contactée par la commission des entrepreneurs : le
plus simple est d’appeler la commission.

Témoignage de ?
A joué 5 semaines à l’Étoile du Nord. Se pose la question de la continuité
sur la saison entre les différentes équipes qui passent dans un théâtre.
Est-ce que le théâtre (son équipe) peut être le lien ?
Contacter soi-même les équipes qui nous ont précédées et qui nous suivent ?

AGCS, droit européen

L’idée des réunions est de continuer à faire circuler l’information, de
diffuser la cassette « Nous avons lu le protocole » (contre un don de 5
euros) et le CD de la conférence de R.M .Jennar sur l’AGCS. (petit topo
sur l’AGCS pour ceux qui ne savent pas ce que c’est).

Information sur le fait qu’à la réunion de lundi prochain, une spécialiste
du droit européen sera là pour répondre aux questions s’il y en a et
parler en liaison avec le forum social européen qui aura lieu le 13
novembre.

Signalé l’existence d’une autre cassette vidéo « Le bien commun » sur l’AGCS.

En tournée

Importance du contact avec les coordinations locales quand on est en
tournée. Ce n’est pas toujours facile (témoignage d’une tournée à Rennes).
On trouve sur le site le listing des coordinations et leurs contacts.

Appel à la signature de la charte, possible sur le site.

Samuel : Un outil va être lancé : une affiche N&B (porte murée "entrée des
artistes", qui pourra être affichée dans tous les théâtres sur la région
parisienne ou en tournée. Pas disponible tout de suite ( encore à
l’imprimerie)

Les équipes des théâtres

Témoignage de Johny (administrateur du théâtre de l’Échangeur à Bagnolet) :
Sur le problème de s’attendre en permanence pour faire des choses (entre
les différents lieux). Ont réussi à faire un élément commun : une carte
postale « Abrogation » Public/Structures solidaires à envoyer au Président
de la République.
Dans leur lieu : mènent des actions au niveau de la ville (centre
commercial Auchan), affichage de textes poétiques dans les manifs, élargir
la lutte. (Sont en demande de textes si vous en avez). Lisent des textes
de Gabily, Deutsh etc... avant chaque spectacle, ont fermé à chaque fois
quand il y a eu des appels à la grève, ont participé à un forum local, ont
demandé l’organisation d’un forum sur l’AGCS.

Il y a un problème d’information entre les compagnies pour se faire
connaître nos positions respectives (notamment en cas d’appel à la grève).
Que chacun fasse connaître sa position aux autres dès qu’elle est décidée.
Chacun doit faire l’effort d’envoyer l’information et d’aller la chercher.

Exemple de la Ferme du Buisson où l’équipe est très mobilisée : elle se
réunit tous les mercredis. A un projet de délégation avec ses abonnés pour
l’écriture d’une lettre aux élus, un projet de communiqué de presse commun
avec les autres théâtres de la région parisienne.
Info : les enseignants du 77 organisent une tribune le 6 novembre à 20h30.
Thème : Quelle solidarité, quel service public ?

Témoignage de Stéphane Olry (La Revue Eclair) : lors d’une tournée en
province, rencontre avec le maire de la ville (Saint-Valery-en-Caux) à la
demande de la directrice du théâtre, en compagnies de gens de la
coordination de Haute-Normandie et d’une personne du Syndeac pour
sensibiliser le maire (UMP) au problème des intermittents en lui laissant
entendre que ça lui coûtera plus cher de maintenir la même offre
culturelle dans sa ville si le protocole passe.
Important de sensibiliser les élus si c’est possible.
(Certains maires UMP ont pris position et fait voter des mentions à leur
conseil municipal pour l’abrogation du protocole).
Parle aussi de la position de la compagnie : lecture de la lettre au
public après chaque spectacle suivie du « jeu de l’excellence culturelle »
où on propose aux spectateurs d’aider le MEDEF, la CFDT et le ministère de
la culture à choisir les meilleurs artistes et techniciens qui méritent de
rester dans les annexes spécifiques en leur demandant de rayer, dans la
liste des noms des gens ayant participé au spectacle, un tiers des noms.
Il y a aussi une case : "je refuse de participer au jeu de l’excellence
culturelle et demande la renégociation des annexes 8 et 10". Toutes les
réponses seront envoyées au ministère de la culture.
(Le jeu va être mis en ligne pour ceux que ça intéresse)

Une coopérative de spectateurs

Samantha Lavergnolle , d’une coopérative de spectateur.
Co-errances s’est monté il y a un an, face à l’industrie du livre. C’est
une coopérative. Idée d’autonomie. Ont un catalogue de livres, revues,
films.
Constituer une triangulaire entre l’état, l’institution et le public.
C’est encore en expérimentation.
Ont déjà pas mal d’abonnés, ont organisé des conférences tous les matins
au rassemblement d’Uzès musical.
Veulent constituer une mutuelle de lecteurs, auditeurs, spectateurs.
Organisent une journée de travail le 31 octobre de 10h à 16h au siège de
la fédération des mutuelles de France. 3/5 rue de Vincennes à Montreuil.
01 49 88 52 16
Site : www.co-errances.org

On peut dire aux spectateurs qui ont envie de faire des choses de prendre
contact avec eux. Dire aussi aux spectateurs de faire pression sur les
élus locaux.

Provoquer des débats publiques avec les directeurs de théâtre et les élus
locaux. ( Dans le 91 et le 78, des collectifs d’acteurs, d’étudiants et de
spectateurs) ont « boosté » les élus, leurs maires, pour leur parler des
problèmes concrets qu’ils vont rencontrer dans leur communes.) Tout ça
dans le but que les élus signent des motions (leur demander de prendre
position).
Idée d’une lettre à adresser aux élus ? : attendre celle de la Ferme du
Buisson et voir si on peut la diffuser largement.

Questionnement sur le travail, le salariat etc...

Problème de faire des budgets qui tiennent compte du travail dans sa
totalité pour que nos interlocuteurs se rendent compte de ce que ça
représente. Que le ministère des Affaires Étrangères ne considère plus les
missions à l’étranger comme des « vacances » (elles sont défrayées mais non
payées)

La prochaine réunion de la commission des entrepreneurs sera une
simulation du coût réel d’un spectacle.

Sur l’idée de travail, de salariat, de droit au travail non-productif : il
va y avoir prochainement 2 ou 3 jours de réflexion à Jussieu avec Bernard
Friot , professeur d’économie. Idée du salaire libre).

Témoignage de Anne Sée sur l’opération « le printemps chapiteau » en milieu
rural et des difficultés et du travail que ça représente. C’est un exemple
de mission confiée par l’état à un C.D.N. où il y a beaucoup de travail
annexe au fait de jouer simplement.

Témoignage de ? sur la communication qu’ils ont choisi de faire après leur
spectacle joué à la Tempête, né d’une période de non-emploi (grâce aux
ASSEDIC) : ont choisi de faire le compte de toutes les heures travaillées,
du montant des indemnités ASSEDIC touchées et des cachets touchés quand le
spectacle a été acheté et de communiquer tout ça aux spectateurs à la fin
du spectacle. Ont voulu témoigner de ça concrètement et ce concret a
beaucoup touché les gens et a été à l’origine de discussions fructueuses.

Comment faire circuler l’information ?

La presse : ils sont liés, ne peuvent pas écrire ce qu’ils veulent.
Les courriers des lecteurs dans les journaux ?

Les réunions entre nous sont précieuses pour ça.

La technique de « La taupe » : faire en souterrain, petit à petit, pas
forcément en abordant les questions de front.

Attention à ce que l’information sur nos problèmes ne devienne pas
misérabiliste.

Parler à propos de l’actualité.

Décrédibiliser tout de suite certains discours (excellence culturelle,
compétition entre compagnies)

Info : à l’Odéon, une cellule intermittente s’est créée qui se réunira
tous les mardis.

Ne pas hésiter à soutenir les artistes qui jouent devant des publics plus
« difficiles » : les musiciens classiques (Huées à la lecture d’un texte
avant la représentation des « Troyens »)

Information sur le 30 octobre :

Il va y avoir un référé au tribunal. Qui peux demander la suspension de
l’application du protocole.
Ça arrangerait tout le monde (le gouvernement a même déjà un projet de
nouveau protocole qu’on peut consulter sur le site de Sud Culture)

Appel à manifestation par 4 organisations (dont les précaires associés) à
14 heures devant l’Unedic, 82, rue de Reuilly. Parcours
Unedic/Bercy/Unedic. La CGT appelle à manifester à 16 heures et aussi au
débrayage.

INFORMATIONS EN VRAC

- Si les compagnies en tournée veulent savoir si la structure dans laquelle
ils vont jouer a été contactée par la commission des entrepreneurs : le
plus simple est d’appeler la commission.

- La cassette « Nous avons vu le protocole » est toujours disponible (contre
un don de 5 euros) et le CD de la conférence de R. Jennar sur l’AGCS à la
coordination.

- Le 13 novembre de 10h à 13h au Théâtre du Rond-Point,
la commission présente son projet de nouveau protocole

- Cassette d’une version comique de « Nous avons vu le protocole » par des
musiciens : « Fatal » - 12’.
Pour se la procurer, contacter Hervé Jukobovitch au 06 20 45 10 40 ou 01
48 46 53 52

- Il existe une cassette vidéo « Le bien commun » sur l’AGCS.

- Pour l’ affiche N&B (porte murée « entrée des artistes »), qui pourra être
affichée dans tous les théâtres sur la région parisienne ou en tournée.
Elle n’est pas disponible tout de suite ( encore à l’imprimerie).
Contacter la commission entrepreneurs.

- Les enseignants du 77 organisent une tribune le 6 novembre à 20h30. Thème
 : Quelle solidarité, quel service public ?

Co-errances organise une journée de travail le 31 octobre de 10h à 16h au
siège de la fédération des mutuelles de France. 3/5 rue de Vincennes à
Montreuil. 01 49 88 52 16
Site : www.co-errances.org

- Il va y avoir prochainement 2 ou 3 jours de réflexion à Jussieu avec
Bernard Friot , professeur d’économie. Idée du salaire libre).

- à l’Odéon, une cellule intermittente s’est créée qui se réunira tous les
mardis.





Retour en haut de page

 

Retour en haut de page

Commissions | Compte-rendus | Communiqués | Actions ! | Photos, sons, vidéos
Textes officiels | Nouveau modèle | Coordination nationale | Liens | Archives
Accueil | Plan du site | Contact
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

2003-2022 CIP-IDF
Plan du site | | Contact | RSS 2.0 | SPIP